Préparer sa retraite à tous les âges



Difficile à 25 ans, de se dire qu'il faut penser à préparer sa retraite. De nombreux facteurs doivent cependant inciter les particuliers à prendre dès aujourd'hui des décisions pour garantir leurs revenus.

A 25 ans : mettre de l'argent de côté sans le bloquer

Il s'agit surtout de prendre de bonnes habitudes, à savoir : épargner et classer les documents qui seront nécessaires plus tard.

Sur le plan administratif :

Il faut savoir que tout salaire permet de cotiser pour sa retraite, même celui perçu pour un job d'été, il est donc important de conserver et de classer toutes les preuves de ces périodes d'activité :

  • Les contrats de travail
  • Les fiches de paie
  • Les certificats de travail à l'étranger
  • Le livret militaire (90 jours de service ouvrent droit à un trimestre)
  • Les relevés de points Arrco et Agirc en prenant le temps de vérifier si les changements de salaires ou de statut ont bien été pris en compte
  • Les attestations Assedic en cas de périodes de chômage.

    Sur le plan financier :

    La première règle à suivre est de prendre garde aux choix des supports financiers, certains ne permettent pas de retirer facilement l'argent placé et peuvent bloquer vos projets futurs.

    A 40 ans : faire un point sur sa carrière

    C'est le moment de faire un point sur votre carrière pour corriger d'éventuelles erreurs des caisses dans l'attribution des trimestres et des points, notamment si vous avez changé d'employeur, de statut, et si vous avez connu une période de chômage.

    Sur le plan administratif :

    Demandez le relevé individuel de situation (RIS) : ce document est désormais adressé à toutes les personnes âgés d'au moins 35 ans, puis ensuite tous les 5 ans. Il recense tous les trimestres acquis au cours de la carrière du salarié. Il ne faut pas hésiter à comparer les informations qu'il contient avec le relevé de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV) disponible sur Internet. En cas de doute - période non prise en compte, trimestres cotisés mais non validés - il faut adresser un courrier à la CNAV avec les justificatifs pour demander une vérification.

    Sur le plan financier :

    Il est important de déterminer vos priorités avant de choisir un produit d'épargne. Profitez des offres de votre entreprise comme les plans d'épargne entreprise (PEE) ou les plans d'épargne retraite collectifs (Perco) qui sont en partie abondés par l'entreprise. Ouvrez un plan d'épargne en actions (PEA) : il permet de se faire servir une rente défiscalisée.

    A 50-55 ans : estimer sa retraite

    C'est le moment de faire une estimation à 10 ou 15 ans du départ afin de réagir avant qu'il ne soit trop tard.

    Sur le plan administratif :

    Demandez le relevé d'estimation indicative (EIG): la CNAV adresse ce document qui évalue globalement les retraites de base et complémentaires dès que vous atteignez l'âge de 55 ans. Ce récapitulatif ne dispense pas d'une vérification minutieuse du décompte, notamment si votre carrière professionnelle n'a pas été linéaire. Faites un bilan retraite : quand la paperasse s'entasse, faire appel à un cabinet spécialisé peut être judicieux, qu'il s'agisse simplement de vérifier que les caisses de retraite ne vous lèsent pas, ou bien d'optimiser vos placements pour garantir vos revenus.

    Sur le plan financier :

    Assurance-vie : opérer un basculement vers des fonds plus sécurisés. Contrats Perp et Madelin : optez pour ce type de contrats ou si c'est déjà fait, dopez les versements.

    A 60 ans : partir à la retraite... ou pas

    Encore faut-il avoir suffisamment cotisé pour bénéficier d'une retraite à taux plein. Si vous n'avez pas le nombre de trimestres suffisant, vous subirez une décote. Dans le cas contraire, vous pouvez soit liquider votre retraite, soit poursuivre une activité jusqu'à 70 ans (âge de mise à la retraite d'office) et surcoter.

    Sur le plan administratif :

    Reconstituer sa carrière grâce aux éléments archivés au cours de la vie active.
  • Demander la liquidation : si l'on souhaite partir à la retraite il faut enclencher la liquidation environ six mois avant la date de départ souhaitée. Reprendre une activité : dans certains cas, il est intéressant de cumuler une activité avec le versement de sa pension retraite. Ce n'est pas le cas pour toutes les professions.
  • Choisir de surcoter : si vous décidez de poursuivre votre activité, vous allez bénéficier d'une majoration de votre pension de 5% par an. Cette surcote s'applique uniquement à la retraite de base et non aux régimes complémentaires.

    Sur le plan financier :

    Racheter vos trimestres (années d'études, ou passées à l'étranger) pour obtenir une retraite à taux plein. Vous continuez à travailler : vous pouvez poursuivre l'abondement de votre épargne (assurance-vie, Perp, Madelin...). Vous pouvez également liquider votre PEA qui est un placement risqué pour transférer les fonds sur un placement plus sécurisé. Programmer des rachats de votre assurance-vie. Vous pouvez en revanche continuer à abonder vos Perp et contrat Madelin pour augmenter votre rente.